Les orgues de Paris
ORGUES DE PARIS © 2018 Vincent Hildebrandt ACCUEIL A-Z

Merklin

Joseph Merklin (1891-1905) est en 1819 à Oberhausen (Baden) et se forma auprès de son père, Franz Joseph Merklin. En 1843, il ouvre son premier atelier en Belgique. En 1849, il s’associa avec son contremaître et harmoniste Friedrich Schütze. Ainsi naquit la société J. Merklin-Schütze et Cie. En 1855, il vint à Paris et a acquit l’entreprise parisienne Ducrocquet- Barker (l’ancienne entreprise Daublaine-Callinet, alors en faillite). La même année, il présenta un nouvel orgue à l’exposition universelle de Paris lequel connut un grand succès. Cet orgue fut ensuite vendu à l’église Saint-Eugène à Paris en 1856. Ce fut son premier instrument en France. Bientôt, il allait devenir le grand concurrent de Cavaillé-Coll en France. En 1858, il crée définitivement sa société à Paris : Société Anonyme pour la fabrication de grandes orgues. En 1870, il quitte cette société pour en fonder une nouvelle : Joseph Merklin et Cie. Après la guerre franco-prussienne, il s’installe à Lyon en 1872. En 1880, il fonde une nouvelle société Merklin et Cie avec son gendre Charles Michel, laquelle sera dissoute en 1894 à la suite d’un désaccord entre les deux hommes. Charles Félix Michel poursuit son entreprise à Lyon laquelle fut dissoute en 1902. Plus tard, en 1905, elle fut reprise en charge par la société suisse Kuhn (Michel-Merklin et Kuhn). Puis rachetée par Olaf Dalsbaek en 1976 par devenir la société Dalsbaek-Merklin. Joseph Merklin s’installe à Paris à nouveau avec son chef d’atelier Joseph Gutschenritter, sous le nom : J. Merklin & Cie. Il se retire en 1898 et donne ses actions à l’ingénieur Philippe Decock. La firme a été continuée par J oseph Gutschenritter . Joseph Merklin mourut en 1905. Merklin était un constructeur innovant. Il et introduit en 1984 le système électropneumatique (type Schmoele-Mols) qui permet une grande distance entre la console et les tuyaux.
Les orgues de Paris

Merklin

ORGUES DE PARIS 2.0 © Vincent Hildebrandt COLOPHON
Joseph Merklin (1891-1905) est en 1819 à Oberhausen (Baden) et se forma auprès de son père, Franz Joseph Merklin. En 1843, il ouvre son premier atelier en Belgique. En 1849, il s’associa avec son contremaître et harmoniste Friedrich Schütze. Ainsi naquit la société J. Merklin-Schütze et Cie. En 1855, il vint à Paris et a acquit l’entreprise parisienne Ducrocquet- Barker (l’ancienne entreprise Daublaine-Callinet, alors en faillite). La même année, il présenta un nouvel orgue à l’exposition universelle de Paris lequel connut un grand succès. Cet orgue fut ensuite vendu à l’église Saint-Eugène à Paris en 1856. Ce fut son premier instrument en France. Bientôt, il allait devenir le grand concurrent de Cavaillé-Coll en France. En 1858, il crée définitivement sa société à Paris : Société Anonyme pour la fabrication de grandes orgues. En 1870, il quitte cette société pour en fonder une nouvelle : Joseph Merklin et Cie. Après la guerre franco-prussienne, il s’installe à Lyon en 1872. En 1880, il fonde une nouvelle société Merklin et Cie avec son gendre Charles Michel, laquelle sera dissoute en 1894 à la suite d’un désaccord entre les deux hommes. Charles Félix Michel poursuit son entreprise à Lyon laquelle fut dissoute en 1902. Plus tard, en 1905, elle fut reprise en charge par la société suisse Kuhn (Michel-Merklin et Kuhn). Puis rachetée par Olaf Dalsbaek en 1976 par devenir la société Dalsbaek-Merklin. Joseph Merklin s’installe à Paris à nouveau avec son chef d’atelier Joseph Gutschenritter, sous le nom : J. Merklin & Cie. Il se retire en 1898 et donne ses actions à l’ingénieur Philippe Decock. La firme a été continuée par J oseph Gutschenritter . Joseph Merklin mourut en 1905. Merklin était un constructeur innovant. Il et introduit en 1984 le système électropneumatique (type Schmoele-Mols) qui permet une grande distance entre la console et les tuyaux.