Les orgues de Paris
ORGUES DE PARIS © 2018 Vincent Hildebrandt ACCUEIL A-Z

Autres facteurs d’orgue

du 19ème siècle

Delmotte - Fermis - Martin - Krischner - Link

Delmotte

La Maison Delmotte : une longue tradition familiale de facteurs d’orgues transmis de père en fils. En 1812, Pierre- Fidèle Delmotte (1792-1867), horloger comme son père, puis organiste, a créé sa propre entreprise à Saint-Léger, Hainaut, Belgique. Pendant 10 ans il a rejoint son frère. Son fils, Théophile (1833-1909) travailla avec son frère ainé Constantin dans l’atelier de Saint-Léger de 1855 jusqu’en 1871. Théophile Dekmotte se rendit à Paris en 1855 pour apprendre auprès de l’entreprise de Cavaillé-Coll. Il a créé un nouvel atelier à Tournai en Belgique en 1872, avec un autre frère, Edouard Delmotte . À la mort de ce dernier en 1899, Théophile a créé sa société et en 1903, il prit son fils Maurice avec lui. Théophile est mort en 1909 de sorte que Maurice fut le seul gestionnaire jusqu'à ce qu’il fût remplacé par son propre fils Georges Delmotte en 1946. Maurice Delmotte (1885-1961) a beaucoup développé la traction électrique et construit l’orgue monumental (110 jeux) à l’Institut National de la radiodiffusion (I.N.R.) à Ixelles (Bruxelles) en 1940. Après le décès de Georges, la tradition familiale a été poursuivie par deux de ses neveux, Guy Seghers et Denys Delporte. Le fils de George, Etienne Delmotte , est devenu le directeur général de la société. Ils construisent encore aujourd’hui des orgues à l’aide de tous les systèmes de transmission (mécaniques, pneumatiques, électriques ou électroniques). La liste de travail de la société Delmottes mentionne la construction d’environ 150 nouveaux orgues et 100 œuvres majeures et restaurations. Plus d’informations sur Delmotte ici . Il y a seulement un orgue de Delmotte à Paris, à Saint- André-de-l’Europe.

Joseph Arnoud Fermis

Joseph Arnaud Fermis est en 1836 à Auterive (Haute- Garonne). Il était le fils de François Sylvain Fermis, un charpentier qui a construit le buffet de l’orgue pour le cabinet parisien de Barker et Verschneider (années 1860). Cette société a engagé Joseph Arnaud, déjà formé comme charpentier, organier et organiste. Joseph Fermis a été le premier à appliquer un système de transmission tubulaire à des sommiers à gravures et registres. Le système fut breveté en 1866. Ce système a été utilisé en 1878 pour le nouvel orgue de Saint-François-Xavier à Paris mais fut supprimé en 1923. Le seul orgue authentique de Fermis avec ce système existe aujourd'hui est l’orgue de Foix, St Volusien. Fermis a aussi construit des orgues pour la cathédrale Saint-Denis à Réunion et pour la cathédrale de Pékin. Source: ttp://www.musiqueorguequebec.ca/orgues/france/foixsv.htm

Hubert-François Krischner

Krischner (1834-1893) se forma auprès de Cavaillé-Coll, Daublaine, Merklin et Martin. Il fonda sa propre entreprise en 1877 à Rouen. Il peut être considéré comme le successeur de Narcisse Martin. Son père Jean (1797- ?) travailla avec Daublaine. Hubert a eu quatre fils (Georges, Henri, Ernest et Paul) qui apprissent leur métier à l’atelier de leur père. Cette dynastie commença en 1753 et finissait avec la mort de Paul en 1934. Il construit l’orgue de chœur de Saint-Paul-Saint-Louis, (1880).

Narcisse Martin

On en sait peu sur Narcisse Martin, un facteur d’orgues à Paris/Rouen dont Hubert Krischer est responsable de l’atelier pendant les années 1857-1873. Il a construit l’orgue de St-Paul-St-Louis (1871). Cet orgue a été modifiée au cours des années, mais restaurée par Bernard Dargassies dans l’esprit de Martin en 2005.

Orgelbau Link

Cette entreprise allemande a été fondée en 1851 par les frères jumeaux Link, Paul (1821-1891) et Johannes (1821- 1872). Elle existe toujours et a construit plus d’un millier d’instruments. Le seul orgue à Paris de cet entreprise est situé à l'église luthérienne de l’ascension (Paris XVII), construit en 1894 et toujours dans son état d’origine. C’est un bel exemple des industries d’orgues allemands.

Tous les facteurs d’orgues

qui travaillaient à Paris après la Révolution

Les orgues de Paris

Autres facteurs d’orgue

du 19ème siècle

ORGUES DE PARIS 2.0 © Vincent Hildebrandt COLOPHON
Delmotte - Fermis - Martin - Krischner - Link

Delmotte

La Maison Delmotte : une longue tradition familiale de facteurs d’orgues transmis de père en fils. En 1812, Pierre- Fidèle Delmotte (1792-1867), horloger comme son père, puis organiste, a créé sa propre entreprise à Saint-Léger, Hainaut, Belgique. Pendant 10 ans il a rejoint son frère. Son fils, Théophile (1833-1909) travailla avec son frère ainé Constantin dans l’atelier de Saint-Léger de 1855 jusqu’en 1871. Théophile Dekmotte se rendit à Paris en 1855 pour apprendre auprès de l’entreprise de Cavaillé-Coll. Il a créé un nouvel atelier à Tournai en Belgique en 1872, avec un autre frère, Edouard Delmotte . À la mort de ce dernier en 1899, Théophile a créé sa société et en 1903, il prit son fils Maurice avec lui. Théophile est mort en 1909 de sorte que Maurice fut le seul gestionnaire jusqu'à ce qu’il fût remplacé par son propre fils Georges Delmotte en 1946. Maurice Delmotte (1885-1961) a beaucoup développé la traction électrique et construit l’orgue monumental (110 jeux) à l’Institut National de la radiodiffusion (I.N.R.) à Ixelles (Bruxelles) en 1940. Après le décès de Georges, la tradition familiale a été poursuivie par deux de ses neveux, Guy Seghers et Denys Delporte. Le fils de George, Etienne Delmotte , est devenu le directeur général de la société. Ils construisent encore aujourd’hui des orgues à l’aide de tous les systèmes de transmission (mécaniques, pneumatiques, électriques ou électroniques). La liste de travail de la société Delmottes mentionne la construction d’environ 150 nouveaux orgues et 100 œuvres majeures et restaurations. Plus d’informations sur Delmotte ici . Il y a seulement un orgue de Delmotte à Paris, à Saint- André-de-l’Europe.

Joseph Arnoud Fermis

Joseph Arnaud Fermis est en 1836 à Auterive (Haute- Garonne). Il était le fils de François Sylvain Fermis, un charpentier qui a construit le buffet de l’orgue pour le cabinet parisien de Barker et Verschneider (années 1860). Cette société a engagé Joseph Arnaud, déjà formé comme charpentier, organier et organiste. Joseph Fermis a été le premier à appliquer un système de transmission tubulaire à des sommiers à gravures et registres. Le système fut breveté en 1866. Ce système a été utilisé en 1878 pour le nouvel orgue de Saint-François-Xavier à Paris mais fut supprimé en 1923. Le seul orgue authentique de Fermis avec ce système existe aujourd'hui est l’orgue de Foix, St Volusien. Fermis a aussi construit des orgues pour la cathédrale Saint-Denis à Réunion et pour la cathédrale de Pékin. Source: ttp://www.musiqueorguequebec.ca/orgues/france/foixsv.htm

Hubert-François Krischner

Krischner (1834-1893) se forma auprès de Cavaillé-Coll, Daublaine, Merklin et Martin. Il fonda sa propre entreprise en 1877 à Rouen. Il peut être considéré comme le successeur de Narcisse Martin. Son père Jean (1797- ?) travailla avec Daublaine. Hubert a eu quatre fils (Georges, Henri, Ernest et Paul) qui apprissent leur métier à l’atelier de leur père. Cette dynastie commença en 1753 et finissait avec la mort de Paul en 1934. Il construit l’orgue de chœur de Saint-Paul-Saint-Louis, (1880).

Narcisse Martin

On en sait peu sur Narcisse Martin, un facteur d’orgues à Paris/Rouen dont Hubert Krischer est responsable de l’atelier pendant les années 1857-1873. Il a construit l’orgue de St-Paul-St-Louis (1871). Cet orgue a été modifiée au cours des années, mais restaurée par Bernard Dargassies dans l’esprit de Martin en 2005.

Orgelbau Link

Cette entreprise allemande a été fondée en 1851 par les frères jumeaux Link, Paul (1821-1891) et Johannes (1821- 1872). Elle existe toujours et a construit plus d’un millier d’instruments. Le seul orgue à Paris de cet entreprise est situé à l'église luthérienne de l’ascension (Paris XVII), construit en 1894 et toujours dans son état d’origine. C’est un bel exemple des industries d’orgues allemands.

Tous les facteurs d’orgues

qui travaillaient à Paris après la Révolution